“400 ans de livres yiddish à travers les collections de la Bibliothèque Medem”

Titre : 400 ans de livres yiddish à travers les collections de la Bibliothèque Medem

Textes : Sharon Bar-Kochva, Evelyne Grumberg, Natalia Krynicka, Yitskhok Niborski, Gilles Rozier

ISBN : 2-9520107-7-3

Année : 2010

Nombre de pages : 24

Langue : français

Dimensions : 33 × 22 cm

Prix : 9 €

Catalogue de l’exposition qui s’est tenue du 29 novembre 2010 au 31 mars 2011 à la Maison de la culture yiddish.

À l’occasion de l’installation de la Maison de la culture yiddish-Bibliothèque Medem dans ses nouveaux locaux, et pour la célébration du quatre-vingtième anniversaire de la Bibliothèque Medem, l’exposition « 400 ans de livres yiddish » présente les trésors de cette bibliothèque née en 1929 de l’effort d’une poignée d’ouvriers juifs du Bund immigrés de Pologne. Efforts poursuivis ensuite pour constituer l’une des collections les plus importantes à l’échelle mondiale concernant la culture yiddish. Cette exposition présente les documents les plus remarquables par leur esthétique ou leur contenu. Ils sont la partie visible d’un océan de plus de quatre mille volumes à la disposition du chercheur, de l’érudit, du bibliophile, de l’amateur ou du simple curieux.

“En chemin – Oyfn veg : chants populaires yiddish”

Titre : En chemin – Oyfn veg : chants populaires yiddish

Harmonisations : Jean Golgevit

ISBN : 2-9520107-3-0

Année : 2006

Nombre de pages : 147

Langue : français, yiddish

Dimensions : 29.5 × 21 cm

Prix : 25 €

Recueil bilingue de chansons yiddish et judéo-espagnoles, accompagnées de leurs partitions, harmonisées par Jean Golgevit. Continuer la lecture de « “En chemin – Oyfn veg : chants populaires yiddish” »

“À la croisée des chemins et autres nouvelles”

Titre : À la croisée des chemins et autres nouvelles

Auteur : Dovid Umru

Traduction : Henri Apelbaum, Batia Baum, Louisette Kahane, Danièle Rozenszpir-Peylet, Viviane Siman

Postface : Yitskhok Niborski

Avant-propos et repères biographiques : Odile Suganas

ISBN : 2-9520107-4-9

Année : 2006

Nombre de pages : 289

Langue : français

Dimensions : 20.5 × 12.5 cm

Prix : 25€

Fugitifs, révoltés, passionnés en tous genres aux prises avec un monde hostile.

Continuer la lecture de « “À la croisée des chemins et autres nouvelles” »

“Tshiriboym : Nouveaux chants yiddish”

Titre : Tshiriboym : Nouveaux chants yiddish

Auteur : Jacques Grober

Traduction en français : Jacques Grober

Traduction en anglais : Rubye Monet

ISBN : 2-9520107-2-2

Année : 2006

Nombre de pages : 162

Langue : yiddish, français, anglais

Dimensions : 29.5 × 21 cm

Prix : 25 €

Recueil de chansons écrites par Jacques Grober, accompagnées de partitions.

Tshiriboym rassemble quarante-huit chansons écrites par Jacques Grober, auteur-compositeur-interprète, depuis les années 1980, et neuf nigunim, mélodies inspirées de la tradition hassidique. Certaines ont été enregistrées par Jacques Grober, d’autres ont été chantées en chorale : chansons d’enfance ou d’errance, chansons d’amour ou d’humour, chansons politiques ou hassidiques, toutes sont les héritières de la grande tradition de la chanson yiddish, n’hésitant pas à jouer avec le plurilinguisme qui est l’une des marques de l’existence juive en Diaspora.

Cet ouvrage a été publié avec le concours de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France. Il a également reçu le soutien de Janina Rozenfeld-Daniel.

“Le Chant du peuple juif assassiné”

Titre : Le Chant du peuple juif assassiné

Auteur: Yitskhok Katzenelson

Traduction : Batia Baum

Postface : Rachel Ertel

ISBN : 2-9520107-1-4

Année : 2005

Nombre de pages : 289

Langue : français, yiddish

Dimensions : 29 × 21 cm

Prix : 25 € (épuisé)

Long poème narratif retrouvé enterré au pied d’un arbre du camp de Vittel où Katzenelson est déporté en 1943, ce « chant » se veut le chant de tout un peuple.

Chant de révolte, de colère, de désespoir, ce long poème narratif enterré par Katzenelson dans le camp de Vittel où il est déporté en 1943, ce « chant » se veut celui de tout un peuple. Yitskhok Katzenelson est né en 1886 à Korelichi (Biélorussie). Poète en yiddish dès 1904, il est déporté en 1943 au camp de Vittel depuis le ghetto de Varsovie. En avril 1944, il est déporté à Auschwitz, où il meurt. La traduction majestueuse de Batia Baum (Grand Prix SGDL pour l’œuvre de Traduction) reconduit la force inouïe de ce cri.

Cet ouvrage a été réalisé avec le soutien d’Aviva et Hervé Kreisberger à la mémoire de Simon Kreisberger. Sa publication a bénéficié du concours de la Fondation Rachel Ajzen et Léon Iagolnitzer sous l’égide de la Fondation de France.

“Est et ouest / Déracinés”

Titre : Est et ouest / Déracinés

Auteur: Wolf Wieviorka

Traduction : Batia Baum, Shmuel Bunim

ISBN : 2-9511372-9-X

Année : 2004

Nombre de pages : 345

Langue : français

Dimensions : 20.5 × 12.5 cm

Prix : 25 €

Le Paris de l’entre-deux-guerres du point de vue d’un immigré juif polonais. Artistes, militants, sans-le-sou, jeunes hommes désœuvrés, marchands et femmes au foyer… Wolf Wieviorka peint avec humour et simplicité une galerie de personnages coincés entre deux mondes.

Ces nouvelles, parues en yiddish en deux volumes en 1936 et 1937, se déroulent pour la plupart à Paris entre les deux guerres. Les héros en sont des immigrés juifs de Pologne : toute une galerie de personnages dont le trait commun est l’appartenance à un monde yiddish en plein éclatement, tant à l’Est qu’en Europe occidentale. On y trouve de jeunes hommes sans fortune ni métier, tantôt tourmentés par la solitude, tantôt vivant au jour le jour dans une camaraderie de joyeux désœuvrés. On y croise des parvenus et des ratés, des utopistes, des pique-assiette et des artistes jouant à cache-cache avec la faim, ainsi que des jeunes femmes aux prises avec des idéaux qui affectent leur vie sentimentale. Wolf Wieviorka sait raconter avec humour et simplicité la vie et ses misères, l’âme et ses illusions. Travailleurs politisés, écrivains et autodidactes, femmes au foyer ou marchands, individus évoluant dans des milieux interlopes, ses personnages prennent vie avec originalité et profondeur.

Né en Pologne en 1896, Wolf Wieviorka y reçoit une éducation juive traditionnelle et acquiert une culture générale par ses lectures personnelles. Après la première guerre mondiale, il s’établit à Berlin, où il fréquente le milieu des écrivains yiddish arrivés après la Révolution russe et commence lui-même à écrire. Il arrive à Paris en 1924. Il y devient l’une des figures les plus intéressantes du journalisme yiddish : co-fondateur et co-directeur de divers périodes, membre de la rédaction du journal Parizer Haynt, il est également le correspondant des quotidiens yiddish les plus importants de Varsovie, New York et Buenos Aires. Passé en zone sud fin 1940, il se réfugie à Montauban puis à Nice, où il participe aux activités du comité de secours aux réfugiés juifs. Arrêté par la milice française en novembre 1943, il est déporté par les occupants allemands. Wolf Wieviorka a été assassiné à Auschwitz en janvier 1945.

“Un bonjour du pays natal, poèmes”

Titre : Un bonjour du pays natal, poèmes

Un bonjour du pays natal - couverture

Auteur: Miryam Ulinover

Traduction : Batia Baum

Édition, introduction : Natalia Krynicka

ISBN : 2-9511372-8-1

Année : 2003

Nombre de pages : 440

Langue : français, yiddish

Dimensions : 22 × 14 cm

Prix : 14€ (épuisé)

Anthologie bilingue d’une des grandes poétesses yiddish de Pologne…

Cette anthologie ne prétend pas au titre d’Œuvres complètes de Miriam Ulinover (1890?-1944), puisqu’une grande partie de ses poèmes restés inédits a été perdue dans le Génocide, partageant ainsi le destin de l’autrice, assassinée à Auschwitz en 1944. Le lecteur découvrira en version bilingue une poétesse insaisissable qui, dans les mots de Yoysef Okrutni, « ne s’est pas laissé fixer dans la totalité de sa personne ».

Née à Lodz, probablement en 1890, elle est encouragée à écrire par Sholem Aleykhem lui-même. Son œuvre de poésie, aux traits populaires et néo-romantiques, fait d’elle une héritière de Peretz qui plaidait pour que les écrivains puisent dans la tradition juive et les trésors populaires. Sa fascination pour le shtetl, son recours au folklore juif, mais aussi polonais font de ses poèmes, en particulier le cycle « Le Trésor de grand-mère », une mine de dictons, de sagesse populaire, de superstitions et de coutumes.

Cet ouvrage a été traduit grâce au concours du Centre national du livre.