« Une Danse »

Titre : Une Danse et autres nouvelles

Auteur : Fradl Shtok

Traduction : Batia Baum (et l’atelier traduction 2018-2021 de la Maison de la culture yiddish)

Introduction : Caroline Puaud

ISBN : 979-10-91238-17-5

Année : 2021

Nombre de pages : 99

Langue : bilingue français et yiddish

Dimensions : 20 × 12.5 cm

Prix : 5 €

Fradl Shtok (1888-1952?), poétesse et prosatrice yiddish, naît à Skala (Galicie), près de la frontière avec l’Empire russe. Ce shtetl, qui sert de cadre à la plupart des nouvelles du présent recueil, constitue un lieu de passage, de contrebande, mais aussi un point de rencontre entre l’ici et l’ailleurs.

Les héros de ces récits se situent, eux aussi, sur une frontière où ils oscillent entre espaces réels et imaginaires, hier et demain, aspirations personnelles et traditions. Parallèlement à ce mouvement qui mène d’un continent à un autre se tisse un réseau d’échos et de désirs reliant l’ensemble des personnages, de la jeune fille de Skala aux immigrants juifs de New York.

“Le dernier lointain : poèmes choisis” de Aaron Zeitlin

Titre : Le dernier lointain : poèmes choisis


Auteur : Aaron Zeitlin

Traduction : Batia Baum

Choix, édition et présentation : Yitskhok Niborski

ISBN : 979-10-91238-16-8

Année : 2021

Nombre de pages : 369, XXXIX

Langue : français, yiddish

Prix : 20 €

Dimensions : 22 × 14 cm

Aaron Zeitlin (1898-1973), auteur majeur de la littérature yiddish, a écrit plus de huit cents poèmes. Dans le présent volume en sont présentés cent cinq, placés en vis-à-vis des traductions inspirées de Batia Baum.

Ils illustrent les principales facettes d’une œuvre enracinée dans la mystique juive. Érotisme cosmique, perte et reconquête de la foi, motifs de la kabbale, espoir messianique et négation de la mort sont les éléments fondamentaux de sa vision du monde où transparaît une critique, parfois très âpre, de la vie intellectuelle et spirituelle de ses contemporains. Le génocide nazi, pressenti dès les années 1930, et lors duquel Zeitlin a perdu toute sa famille, hante ses poèmes d’après-guerre.

Cet ouvrage a bénéficié du soutien du Centre national du livre, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la Fondation du Judaïsme Français.


“Weizmann II : fantaisie en 14 tableaux” de Aaron Zeitlin

Titre : Weizmann II : fantaisie en 14 tableaux

Auteur : Aaron Zeitlin

Traduction : Evelyne Grumberg

Présentation : Yitskhok Niborski, Evelyne Grumberg, Natalia Krynicka

ISBN : 979-10-91238-15-1

Année : 2021

Nombre de pages : 243 + XLI

Langue : français, yiddish

Prix : 20 €

Dimensions : 22 × 14 cm

Farce carnavalesque et méditation sur le destin juif, Weizmann II brouille les pistes pour mieux nous ouvrir le chemin de la réflexion.

Comédie décapante écrite en 1934, Weizmann II commence par une drôle de catastrophe : Hitler, suivi par les gouvernants du monde entier, expédie de force les Juifs en Palestine. Weizmann II, avatar de Haïm Weizmann, le célèbre chimiste londonien grâce auquel fut rédigée la déclaration Balfour, les sauvera-t-il d’un exil pour le moins particulier ? ».

Aaron Zeitlin (1898-1973), l’un des plus grands poètes et dramaturges yiddish, aborde ici avec une insolente légèreté les questionnements sur l’art, la politique, l’histoire, la condition humaine, qui hantent son œuvre.

Cet ouvrage a bénéficié du soutien du Centre national du livre, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la Fondation du Judaïsme Français.

“L’Anneau magique”

Titre : L’Anneau magique

Auteur : Mendele Moykher Sforim

Traduction : Batia Baum

Postface : Arnaud Bikard

ISBN : 979-10-91238-12-0

Année : 2019

Nombre de pages : 625

Langue : français

Dimensions : 20.5 × 12.5 cm

Prix : 25 €

La version électronique est disponible à la vente ici.

Dans l’Empire tsariste, quand on est juif, il est nécessaire d’espérer pour entreprendre, mais, heureusement, il n’est pas indispensable de réussir pour persévérer… Continuer la lecture de « “L’Anneau magique” »

“La Nuit sur le vieux marché : pièce en quatre actes, avec prologue et épilogue, en vers”

Titre : La Nuit sur le vieux marché : pièce en quatre actes, avec prologue et épilogue, en vers

Auteur : Yitskhok-Leybush Peretz

Traduction : Batia Baum

Présentation : Yitskhok Niborski

ISBN : 979-10-91238-07-6

Année : 2016

Nombre de pages : 258 + xxvi

Langue : français, yiddish

Prix : 20 €

Dimensions : 22 × 14 cm

Ce « songe d’une nuit de fièvre », avec ses perplexités et son pessimisme, résonne avec force dans notre contemporanéité. Continuer la lecture de « “La Nuit sur le vieux marché : pièce en quatre actes, avec prologue et épilogue, en vers” »

“Aquarium vert : brefs récits”

Titre : Aquarium vert : brefs récits

Auteur: Avrom Sutzkever

Traduction : Batia Baum

Postface : Heather Valencia

ISBN : 979-10-91238-02-1

Année : 2013

Nombre de pages : 164

Langue : français, yiddish

Dimensions : 22 × 21 cm

Prix : 19 €

Quinze récits, autant de visions fulgurantes, qui font voir la vie et la mort, la grâce et l’horreur, dans toute leur puissance. Continuer la lecture de « “Aquarium vert : brefs récits” »

“À la croisée des chemins et autres nouvelles”

Titre : À la croisée des chemins et autres nouvelles

Auteur : Dovid Umru

Traduction : Henri Apelbaum, Batia Baum, Louisette Kahane, Danièle Rozenszpir-Peylet, Viviane Siman

Postface : Yitskhok Niborski

Avant-propos et repères biographiques : Odile Suganas

ISBN : 2-9520107-4-9

Année : 2006

Nombre de pages : 289

Langue : français

Dimensions : 20.5 × 12.5 cm

Prix : 25€

Fugitifs, révoltés, passionnés en tous genres aux prises avec un monde hostile.

Continuer la lecture de « “À la croisée des chemins et autres nouvelles” »

“Le Chant du peuple juif assassiné”

Titre : Le Chant du peuple juif assassiné

Auteur: Yitskhok Katzenelson

Traduction : Batia Baum

Postface : Rachel Ertel

ISBN : 2-9520107-1-4

Année : 2005

Nombre de pages : 289

Langue : français, yiddish

Dimensions : 29 × 21 cm

Prix : 25 € (épuisé)

Long poème narratif retrouvé enterré au pied d’un arbre du camp de Vittel où Katzenelson est déporté en 1943, ce « chant » se veut le chant de tout un peuple.

Chant de révolte, de colère, de désespoir, ce long poème narratif enterré par Katzenelson dans le camp de Vittel où il est déporté en 1943, ce « chant » se veut celui de tout un peuple. Yitskhok Katzenelson est né en 1886 à Korelichi (Biélorussie). Poète en yiddish dès 1904, il est déporté en 1943 au camp de Vittel depuis le ghetto de Varsovie. En avril 1944, il est déporté à Auschwitz, où il meurt. La traduction majestueuse de Batia Baum (Grand Prix SGDL pour l’œuvre de Traduction) reconduit la force inouïe de ce cri.

Cet ouvrage a été réalisé avec le soutien d’Aviva et Hervé Kreisberger à la mémoire de Simon Kreisberger. Sa publication a bénéficié du concours de la Fondation Rachel Ajzen et Léon Iagolnitzer sous l’égide de la Fondation de France.

“Est et ouest / Déracinés”

Titre : Est et ouest / Déracinés

Auteur: Wolf Wieviorka

Traduction : Batia Baum, Shmuel Bunim

ISBN : 2-9511372-9-X

Année : 2004

Nombre de pages : 345

Langue : français

Dimensions : 20.5 × 12.5 cm

Prix : 25 €

Le Paris de l’entre-deux-guerres du point de vue d’un immigré juif polonais. Artistes, militants, sans-le-sou, jeunes hommes désœuvrés, marchands et femmes au foyer… Wolf Wieviorka peint avec humour et simplicité une galerie de personnages coincés entre deux mondes.

Ces nouvelles, parues en yiddish en deux volumes en 1936 et 1937, se déroulent pour la plupart à Paris entre les deux guerres. Les héros en sont des immigrés juifs de Pologne : toute une galerie de personnages dont le trait commun est l’appartenance à un monde yiddish en plein éclatement, tant à l’Est qu’en Europe occidentale. On y trouve de jeunes hommes sans fortune ni métier, tantôt tourmentés par la solitude, tantôt vivant au jour le jour dans une camaraderie de joyeux désœuvrés. On y croise des parvenus et des ratés, des utopistes, des pique-assiette et des artistes jouant à cache-cache avec la faim, ainsi que des jeunes femmes aux prises avec des idéaux qui affectent leur vie sentimentale. Wolf Wieviorka sait raconter avec humour et simplicité la vie et ses misères, l’âme et ses illusions. Travailleurs politisés, écrivains et autodidactes, femmes au foyer ou marchands, individus évoluant dans des milieux interlopes, ses personnages prennent vie avec originalité et profondeur.

Né en Pologne en 1896, Wolf Wieviorka y reçoit une éducation juive traditionnelle et acquiert une culture générale par ses lectures personnelles. Après la première guerre mondiale, il s’établit à Berlin, où il fréquente le milieu des écrivains yiddish arrivés après la Révolution russe et commence lui-même à écrire. Il arrive à Paris en 1924. Il y devient l’une des figures les plus intéressantes du journalisme yiddish : co-fondateur et co-directeur de divers périodes, membre de la rédaction du journal Parizer Haynt, il est également le correspondant des quotidiens yiddish les plus importants de Varsovie, New York et Buenos Aires. Passé en zone sud fin 1940, il se réfugie à Montauban puis à Nice, où il participe aux activités du comité de secours aux réfugiés juifs. Arrêté par la milice française en novembre 1943, il est déporté par les occupants allemands. Wolf Wieviorka a été assassiné à Auschwitz en janvier 1945.